Société Femmes mixité Extrême droite Dossiers

 Bulletin IHS n°13 - Janvier 2022

 

Apprendre de l’Histoire

Lorsque j’entends, trop souvent, dans les médias les propos remplis de haine d’Éric Zemmour et les affabulations historiques que l’éditorialiste d’extrême droite déverse avec aplomb, je suis stupéfait par l’écho et la place que cet individu, aujourd’hui candidat à l’élection présidentielle de 2022, a pris en quelques mois.

Mon sentiment est-il le même que celui qu’ont ressenti les militantes et militants de la gauche américaine lorsque Donald Trump s’est imposé dans la campagne électorale ?

Une forme d’incrédulité. C’est tellement énorme qu’il est impossible que cet homme-là soit élu...Nous connaissons la suite : il faut apprendre de l’Histoire.
Lors des Journées nationales d’études organisées en octobre 2021, Gilbert Garrel, président de l’IHS confédéral, a introduit les débats par un rapport articulé sur deux points [1] : la guerre d’Algérie avec les accords d’Évian de 62 et la lutte contre les idées d’extrême droite.

On perçoit tous les jours l’actualité de ces réflexions.
L’idéologie de Zemmour qui écrit, en 2018, « je suis convaincu qu’on ne peut être Français sans être profondément imprégné de catholicisme », comme toute l’idéologie d’extrême droite, doit être constamment combattue et pas seulement lors des échéances électorales.

Les valeurs de laïcité que nous défendons, la place des femmes, la lutte contre le racisme et toutes les discriminations, notre détermination à faire de l’Éducation le moteur du développement de nos sociétés, voilà le travail auquel nous nous attelons par une analyse historique du mouvement social [2].

Ce travail, l’IHS FERC-CGT le poursuivra avec conviction en 2022 et nous vous invitons à venir renforcer notre institut pour le mener avec efficacité.
Bonne année 2022, pleine de luttes pour la solidarité entre les peuples, contre toutes formes d’exclusion et pour nos revendications.

À la conquête d’une école émancipatrice

Comme indiqué dans le numéro 12 de notre bulletin, nous préparons une série d’articles sur le Plan Langevin-Wallon à paraître dans les trois prochains numéros selon la structure provisoire suivante.

1871-1936 : aux origines du plan Langevin-Wallon de Louise Michèle à Jean Zay, les propositions novatrices de la Commune de Paris

  • le temps de la Commune
  • le mouvement pour l’« Éducation nouvelle » et les méthodes actives en pédagogie
  • la démocratisation de l’enseignement
  • les acteur·trices.

1943-1947 : le Plan Langevin-Wallon, un projet ambitieux et novateur

  • le plan d’Alger du gouvernement provisoire
  • les protagonistes de la réforme de l’enseignement
  • les propositions
  • la fin d’une courte époque

1947-2022 : le plan Langevin-Wallon, un idéal à atteindre...

  • les réformes successives du système éducatif
  • la place de l’enseignement professionnel
  • le rôle des syndicats.

Conclusion

Le projet de la CGT : une école de la maternelle à la terminale qui garantisse l’émancipation et la réussite de toutes et tous avec une scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans comme cela était prévu en 1947 lors de remise du plan Langevin-Wallon.

Un combat de toujours de la CGT, celui contre les idées d’extrême-droite

C’est au cours des Journées Nationales d’études de l’IHS CGT que son Président Gilbert Garrel a démontré que la « Zémmourisation » des esprits ne date pas d’hier et que la CGT a toujours combattu ces idées nauséabondes.
Zemmour a une vision décliniste de l’histoire de France, qui est la même rengaine depuis « la défaite de Sedan » en 1870 ! Déjà, pour Ernest Renan [3] c’était de la faute aux idéaux des « Lumières » et de la Révolution Française !

Dès la fin du XIXe siècle, bien avant les années 30, Edouard Drumont [4] tenait des propos antisémites similaires à ceux que tient aujourd’hui Zemmour à propos des Musulman·es. Gilbert explique « Entre ces deux personnalités, les similitudes sont nombreuses ; tous deux sont le fruit de la méritocratie républicaine ; tous deux sont hantés par le déclin français ; tous deux ont identifié dans la cause du déclin français l’œuvre d’un corps étranger ».

Cette « part sombre de la République » est décrite par l’historien Gérard Noiriel dans son ouvrage « Le venin dans la plume » [5]. Il nous faut rappeler que, pour la CGT, ce combat ne se mène pas uniquement pendant les périodes électorales, mais au quotidien sur les lieux de vie et de travail.
L’intégralité du texte de Gilbert Garrel, est disponible sur le site.
Par ailleurs, une journée d’études sur la lutte contre les idées d’extrême droite est prévue le 10 février 2022, à Montreuil.

Assemblée générale de l’IHS-FERC - 9 décembre 2021

Cette réunion s’est tenue en mode hybride avec des camarades en présentiel (8) et d’autres en visioconférence (4). Malgré les restrictions liées à la pandémie, l’activité de l’IHS-FERC s’est maintenue, en mode ralenti certes, mais avec la volonté de poursuivre les chantiers engagés et d’être au service des syndiqué·es, des organisations fédérées.

Dans son rapport moral, Alain Vrignaud, président décrit :
« Dans la période qui s’étend de mars 2020 à octobre 2021 la vie de notre institut a été limitée par la crise sanitaire et les périodes successives de confinement. Pour la période qui l’a précédée, de mars 2019 à mars 2020, le bilan d’activité de notre institut n’a pu être discuté, comme prévu, lors de l’AG du 17 mars 2020, … c’était le premier jour du confinement. […] Depuis plus de 30 mois aucune AG statutaire n’a pu être organisée mais nous avons pu tenir 7 réunions en visio et deux en présentiel avec des participant·es également en visio. […]

Le colloque sur l’enseignement professionnel qui s’est tenu le 13 mars 2019, au lendemain de notre AG, a vu la participation d’une trentaine de camarades. Gérard et Christian y ont présenté leurs travaux. De l’avis de toutes et tous, les présentations et le débat ont été très appréciés, un compte-rendu en a été fait dans le bulletin n°6.

Michèle, Danielle et Alain ont participé en juin 2019 aux journées d’étude organisées par l’IHS national au Cap d’Agde. Ces 3 journées ont été riches en discussion et ont permis à Alain, nouveau président de notre institut de mieux appréhender le réseau des IHS-CGT territoriaux et professionnels et son articulation avec l’IHS-CGT national.

Nous avons participé aux JNE d’octobre 2021 à Kaysersberg, les premières depuis le début de la pandémie. Danielle, Jean-Claude et Alain y étaient présent·es. […]

Nous avons poursuivi au mois de mai 2019, avec un petit groupe, le travail d’archivage des documents fédéraux et de nos organisations. Nous avons réussi à élargir un peu le groupe en y associant Didier Cru mais cela représente, nous le savons bien, un travail très conséquent. […] Nous avons assuré une présence importante (4 militant·es) au 13ème congrès de la FERC, du 14 au 18 octobre 2019, à Carcans Maubuisson (33) ». Ce fut l’occasion « de présenter dans la salle du congrès les 4 premiers panneaux de l’exposition que nous avons décidé de réaliser sur les luttes menées par notre fédération et l’activité de ses organisations depuis 40 ans. L’aide de Gwenola du SNEIP a été très appréciable. Ces panneaux ont eu un bon accueil et nous pouvons espérer que cela contribuera à motiver l’ensemble des organisations pour réaliser les autres (autour d’une dizaine en tout). […]

En juin 2019, sollicité par l’institut national […] sur « syndicalisme et services publics » […], l’IHS-FERC a produit un document élaboré par nos camarades du SNTRS sur l’historique des luttes menées pour l’intégration des « hors statut » au CNRS. Cette contribution […] pourra s’intégrer dans l’ouvrage que l’IHS doit réaliser sur cette thématique à partir des travaux de l’ensemble du réseau, en lien avec le conseil scientifique.
Avec la société Syllepse, l’IHS-FERC, en lien avec le syndicat CGT AFPA, a publié les actes du colloque des 70 ans d’existence de l’AFPA.
[…]

La publication de notre bulletin s’est poursuivie, avec plus ou moins de régularité, mais nous avons pu sortir 7 bulletins, sous forme de 4 pages, depuis notre dernière AG : avril 2019, octobre 2019, janvier 2020, mai 2020, décembre 2020, mai 2021 et septembre 2021. Il a été envoyé électroniquement à tou·tes les adhérent·es et tiré à une centaine d’exemplaires pour une diffusion papier à nos adhérent·es.

Nous avons commencé le 16 janvier 2020, avec nos camarades de la Collective (CGT Educ) et du collectif fédéral Femmes mixité, à travailler à la préparation d’un colloque dont le thème serait « Féminisme et syndicalisme CGT, pratiques militantes et revendications dans le champ de l’Éducation, la Recherche et la Culture ». Cette préparation a pris beaucoup de retard à cause de la pandémie […]

En conclusion, Alain rappelle : « Les relations que nous avons avec les organisations de la CGT sont bonnes. Nous bénéficions de l’aide matérielle de notre fédération et avons son écoute pour intervenir dans les publications et instances. »

Danièle Quetin a présenté le rapport financier, elle a précisé qu’il « a été difficile de suivre les adhésions dans la période écoulée, n’ayant pas toujours pu avoir accès à Montreuil. […] Dans l’ensemble, l’IHS FERC a entre 2016 et 2021 : 68 adhésions individuelles et 26 adhésions collectives (notamment des Sden et SR). […] Il faudra donc être pugnace pour faire adhérer à l’IHS, non seulement chacun et chacune, mais aussi les organisations fédérées, ce qui semble plus complexe ; mais l’écho de nos travaux peut être un bon « booster » pour ce faire ».

L’assemblée générale approuve à l’unanimité le rapport d’activité et donne quitus à la trésorière. Les 2 camarades sont reconduit·es à l’unanimité, dans leurs responsabilités.

Colloque « Féminisme et syndicalisme CGT, pratiques militantes et revendications dans le champ de l’Éducation, la Formation, la Recherche et la Culture »

Le colloque se prépare activement, il a été décidé :
- 1 - La date arrêtée est le mercredi 11 mai 2022 à Montreuil.
Le colloque se tiendra en présentiel mais il existera des possibilités d’intervention par vidéo pour les intervenantes extérieures. Date de repli : mercredi 8 juin, c’est la moins mauvaise des dates possibles du fait des nombreuses contraintes calendaires (réunions d’instances, congrès, vacances scolaires, examens...). Un report au dernier trimestre 2022 est inenvisageable du fait des élections professionnelles à venir.
Cette journée pourrait être reconnue comme une journée de formation syndicale pour les autorisations d’absence. Pour le financement des déplacements, on se rapproche de la fédération et des organisations.

- 2 - L’intitulé du colloque est « Féminisme et syndicalisme CGT, pratiques militantes et revendications dans le champ de l’Éducation, la Formation, la Recherche et la Culture ».

- 3 - Le colloque se tiendra sur la journée en découpant les interventions de la façon suivante :

  • 9h : accueil et collation.
  • 9h30 : présentation du colloque par une camarade du Collectif fédéral.
  • 9h40 : intervention de l’IHS qui présentera des documents extraits des archives du SNETP CGT et de la FERC, suivi d’un premier échange.
  • 10h30 : intervention de la chercheuse Danielle KERGOAT (sous réserve d’un accord définitif et éventuellement par vidéo) suivi d’un débat.
  • 12h - 13h30 : pause déjeuner.
  • 13h30 : intervention d’une deuxième intervenante extérieure suivie d’un débat.
  • 15h : intervention du collectif fédéral sur l’évolution des pratiques militantes des syndicalistes femmes suivi d’un débat.
  • 16h15 : intervention de clôture par Marie Buisson Secrétaire Générale de la FERC.

- 4 - Un document papier de 4 pages (ou un peu plus) mettra en lumière une douzaine de militantes historiques dans le domaine de l’Éducation, la Formation, la Recherche, la Culture.
Il peut s’agir de militantes encore en vie ou de militantes aujourd’hui disparues (environ 1200 signes + une photo pour illustrer la vie militante de chaque camarade).

- 5 - Prochaine réunion de préparation : le jeudi 27 janvier 2022 à Montreuil. D’ici là le travail se poursuit sur les axes décidés.

De l’importance des archives syndicales

Après deux reports pour cause de Covid, Alain et Christian ont suivi en novembre dernier le stage annuel de sensibilisation aux archives organisé par l’IHS national au centre Benoit Frachon situé dans la vallée de Chevreuse.
Plus qu’une initiation, ce stage de trois jours s’avère être une véritable formation. On y découvre que l’archivistique est une discipline scientifique reposant sur un ensemble de concepts et de méthodes.

En prenant appui sur la définition moderne d’une archive : « Les archives sont l’ensemble des documents, y compris les données, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité. », les intervenant·es, historien·nes, archivistes professionnel·les de l’IHS CGT et des archives de Bobigny ont procédé à un tour d’horizon complet des problématiques liées aux archives.

Ce stage contribue à faire prendre conscience de l’importance pour une organisation syndicale, quelle qu’elle soit, des valeurs fondamentales que représentent ses archives sur le plan administratif comme sur les plans juridique et historique.
Les exemples et les travaux pratiques permettent aux stagiaires de s’approprier la règle dite « des 4C : Collecter, Classer, Conserver, Communiquer » qui s’applique à tous documents qu’ils soient matériels ou numériques.

Ce stage va nous permettre de poursuivre notre travail de recensement (les professionnel·les parlent de récolement) des archives de la FERC mais également de proposer aux syndicats notre aide afin d’organiser au mieux la conservation et le classement des traces de leurs activités passées, présentes et futures.

Nous ne pouvons que vous inviter à participer aux prochains stages organisés par l’IHS national.
Tout·es les participant·es en ressortent conquis·es et les activités culturelles en soirée ne gâchent rien !


[1Lire page 2

[2pas seulement depuis qu’il s’est structuré

[3La Réforme intellectuelle et morale, par Ernest Renan.

[4Édouard Drumont, 1844 - 1917, journaliste, écrivain, polémiste et homme politique d’extrême droite.

[5Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Gérard Noiriel est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire de l’immigration en France, sur le racisme, sur l’histoire de la classe ouvrière.