Elections Enseignement Supérieur et Recherche SN INRA CGT

 Elections au CA de la CGT INRA

 

Si nous maintenons nos 2 sièges, nous perdons 204 voix, dans un contexte où bien qu’il y ait plus d’inscrit.es et plus de votant.es, la participation par rapport aux élections précédentes de 2013 est en baisse (232 exprimés en moins) et où les bulletins blancs et nuls augmentent considérablement (492, contre 39 en 2013). Cela fait que moins d’un agent sur deux s’est exprimé, une situation sans précédent à l’INRA. Et qui relativise tous les résultats.
La CGT et la CFTC perdent des voix (-204 et – 131), la CFDT et SUD en gagnent (+71 et +60). Au final, la CFDT arrive en tête (39.2% des exprimés- 2 élus) devant la CGT (28.0%- 2 élus), SUD (19.5%- 1 élu) et la CFTC (13.2%- pas d’élu).

Il est probable que des facteurs et situations différents expliquent ces résultats, en particulier le développement de SUD dans certains centres, et depuis quelques années, l’investissement bien organisé des dirigeants permanents de la CFDT qui se déplacent beaucoup dans les centres et, s’affichant comme un syndicat Macron-compatible, bénéficie de la macronite ambiante.

La CFTC s’écroule, signe qu’il n’y a que peu de place pour un syndicat qui ne fait rien d’autre qu’utiliser la tribune du CT en s’appropriant nos résultats.
Il nous semble que c’est surtout l’abstention qui a impacté la CGT-INRA.
Cette dernière estime que ce qui pèse majoritairement, c’est un certain découragement. Découragement des militant.es qui n’ont que peu ou pas fait campagne pour ces élections au CA où tout le monde sait que les élu.es du personnel ne pèsent pas, et découragement des électeur.trices qui nous soutiennent habituellement et constatent que nos résultats sont limités.

Si l’on compare avec les élections au CT de 2014, où environ 1 000 voix de plus se sont exprimées, c’est notre syndicat qui en a perdu le plus : - 500 voix, alors que CFDT et CFTC en ont perdu chacune 200 et SUD en a perdu 100.