Dossiers

 Un IHS fédéral pourquoi ?

 

Au moment où la CGT a initié une série d’initiatives pour marquer son 120e anniversaire, il est nécessaire pour notre fédération Education - Recherche - Culture de s’interroger sur son existence, son identité.

Ce retour sur image n’est pas un regard nostalgique sur le passé mais une réflexion sur le pourquoi, le comment pour mieux répondre aujourd’hui aux exigences de luttes, avec quelles perspectives et quel outil.

L’exposition 120e présente dans le patio à Montreuil retrace les dates historiques, les luttes de la CGT1.

Une série de conférences initiées2 par l’IHS confédéral a permis de revenir sur les étapes du développement du syndicalisme dans notre pays, sans oublier sa dimension de solidarité internationale.

Des débats sur les questions sociales aujourd’hui ont été conduites en articulant passé et présent3.

Ces 120 ans sont un temps fort pour toute la CGT, sur comment se déployer dans cette société du XXIe siècle mondialisée où le capital connaît une nouvelle étape de son développement impérialiste

ALORS L’HISTOIRE DANS CE CONTEXTE ?

Est-ce un supplément d’âme, et quelle histoire ? Quel sens donner, quand on parle d’histoire sociale ? ... Si dire que l’histoire sociale traite du collectif, c’est-à-dire des classes, de leurs luttes, de leurs organisations on peut dire que l’histoire sociale tente de saisir le passé des diverses formations sociales (dont les syndicats, dont la CGT) dans leurs constructions, leur développement, leurs confrontations comme éléments de l’histoire.

UN IHS POURQUOI ?

C’est en 1982, que la CGT a décidé de créer son IHS, au départ centre d’archives.

1982 : la CGT s’apprête à quitter sa base, son site historique, la rue Lafayette, pour emménager Porte de Montreuil, en regroupant la Confédération, les fédérations, la presse, ses organisations sociales.
Le ballet des camions poubelles menace la mémoire des luttes collectives de plus d’un siècle.

C’est à l’honneur de Georges Séguy d’avoir eu conscience du danger, mais il était en cela porteur de l’héritage des fondateurs du syndicalisme qui, dès le départ, avaient su mesurer l’importance de la mémoire des faits en fixant dans les statuts des organisations 3 responsabilités premières :
- Secrétaire général-e / Président-e Trésorier-e
- Archiviste
- secrétaire.

Les livres, écrits à la plume, reliés sur toile reprenant soigneusement les comptes-rendus des débats des organisations, en témoignent et constituent un bien précieux des organisations, pour comprendre, avancer, progresser dans l’histoire.

Et IHS Éducation, Recherche, Culture ?

Le document écrit en 2009 par Joël Hedde4 intitulé « De la FEN-CGT à la FERC-CGT : entre recherche d’unité et quête d’identité (repères pour l’histoire 1948 - 1994) », par son questionnement, justifie peut-être plus que dans toute autre fédération le sens et l’utilité d’un IHS5.

Quelques rappels historiques sur notre IHS

Il est créé officiellement en 2002 puis ... silence radio. Il est relancé en 2010 et, depuis cette date, avec une petite équipe militante volontaire, il maintient son existence.

Notre objectif est aujourd’hui de lui donner une dynamique. Il est temps de nous intéresser à l’histoire de notre fédération, de ses organisations fédérées et de ce qui a conduit à faire vivre par-delà les aléas, les difficultés voire les conflits une fédération CGT Education, Recherche, Culture. N’est-il pas nécessaire aujourd’hui, et plus que jamais, de montrer l’originalité. de cette fédération, son rôle, via ses organisations fédérées pour les personnels, les salarié-e-s qu’elle représente, ses propositions pour donner sens aux missions des services, établissements publics ou privés Éducation, Recherche, Culture dans toutes leurs diversités.

Revenir sur ce passé, c’est comprendre le présent et travailler à dépasser les difficultés actuelles pour se repositionner.

Outre ses fonctions de préservation, de valorisation du patrimoine, de recherche, un IHS c’est aussi un outil pour la formation des syndiqué-e-s, pour la réflexion, pour l’avenir.

Que faire aujourd’hui, quelles perspectives de travail ?

Notre Assemblée Générale tenue le 25 mars a été suivie d’un débat à la Commission exécutive fédérale, débat riche et soutenu qui appelle des prolongements. C’est le sens de ce dossier.

De ce débat des objectifs

-  Renforcer l’équipe militante et cela passe par des adhésions6 individuelles et collectives (syndicats, sections syndicales avec un correspondant IHS)
-  Etre présent aux réunions des instances des organisations fédérées : la petite équipe IHS fédérale y répondra dans la mesure de ses moyens mais l’informer dans tous les cas7.
-  Travailler sur les archives
-  Valoriser les militant-e-s de la FERC via le Maitron8...
-  Organiser une initiative en 2016 : « les 70 ans de l’AFPA, créée par Ambroise Croizat en 1946 », pourrait en être le support (voir page 14).